DJI Phantom 4 Pro: test, prix et fiche technique – Avis Drones, test et guide d’achat

C'est indéniable, DJI truste le marché des drones. La toute-puissance du géant chinois lui permet de proposer des produits performants et innovants, et ce n'est pas le dernier quadricoptère de la marque, le Phantom 4 Pro, qui brisera cet élan. En plus d'un système amélioré de détection et d'évitement d'obstacles, il offre, entre autres, une autonomie accumulée, la première caméra volante à capteur 1 pouce capable de filmer en 4K Ciné à 60 i / s. La dénomination pro ne semble pas être usurpée.

Face à un Mavic Pro, certes perfectible, mais des plus polyvalents et très intéressants, le Phantom 4 de DJI, plus cher et sorti quelques mois plus tôt, n'avait que peu d'arguments à lui opposé. La marque a donc décidé de repenser la hiérarchie de sa gamme en offrant un drone qui s'adresse non seulement au grand public mais aussi aux professionnels: Le Phantom 4 Pro. Nous avons testé la version Plus, équipée d'une radiocommande intégrant un écran tactile. Une belle opportunité pour aller survoler les côtes bretonnes.

Phantom 4 Pro 1

La liste des caractéristiques du Phantom 4 Pro est longue. Elle reprend toutes les caractéristiques techniques du fantôme 4 et en ajoute de nouvelles pour se démarquer non seulement de la concurrence mais aussi du fantôme 4 (détection d'obstacles dans 5 directions, vitesse maximale à 72 km / h, autonomie portée à 30 minutes et , surtout, caméra fournie d'un capteur 1 pouce pour des photos de 20 Mpx et des vidéos en 4K Ciné à 60 i / s). Des caractéristiques qui ont de quoi séduire les amateurs d'images aériennes les plus exigeants et certains indépendants qui pensaient sérieusement investir dans un quadricoptère Ready To Fly mais qui redoutaient que la qualité d'image du sempiternel capteur 1 / 2,3 pouce en service depuis le Phantom 3 ne soit pas suffisant en termes de définition et de cadence vidéo. Notez qu'en plus de ces nouvelles caractéristiques, des modes de vol additionnels font leur apparition, comme Selfie, Terrain Follow, Tripod ou Gesture. Des modes de représailles au Mavic Pro qui n'empêchent cependant pas que l'application n'évolue peu et que cette dernière reste encore très fouillis. Nous y reviendrons un peu plus loin.

Phantom 4 Pro 2

Avant de décoller, attardons-nous quelques instants sur la finition globale de ce quadriocoptère et sur sa silhouette. Cette dernière, quasiment identique à celle du Phantom 4, ne s'enrichit que de capteurs infrarouges latéraux et de caméras optiques supplémentaires à l'arrière. L'ensemble reste donc en tout point similaire et, évidemment, sur regrette que les trains d'atterrissage ne soient pas rétractables. La modularité du Mavic Pro instaure un nouveau standard et d'autres drones du gabarit des Phantom, comme les Yuneec, sont équipés de trains d'atterrissage rétractables. L'avantage étant qu'ils n'apparaissent pas dans le champ de vision lors de la captation et qu'ils réduisent l'encombrement pendant le transport. Un encombrement qui, ici, n'évolue donc pas par rapport au fantôme 4, mais une finition d'aussi bonne qualité. Le plastique brillant donne un aspect faussement luxueux au drone, mais la qualité des assemblages ne souffre pas de jeu particulier.

Phantom 4 Pro 3

Nous regrettons cependant que la caméra soit si proche du sol quand le drone est posé. Même si ce point n'engage que votre serviteur, nous ne sommes pas fans de la silhouette en forme de poulpe de la série des Phantom. Une réflexion esthétique qui ne nous a pas réussi à noter que la qualité perçue est de bonne facture et que cette constatation est corroborée par la qualité de fabrication d'une télécommande qui ne souffre d'aucune critique particulière. Au contraire, nous sommes satisfaits de voir que DJI a écouté nos remarques et a intégré un écran permettant d'accéder directement à l'application. Un énorme avantage qui n'existe certes que sur la version "Plus" et qui se monnaie environ 300 € supplémentaires, mais qui permet enfin de sauvegarder la batterie du smartphone.

Phantom 4 Pro 4

L'afficheur de cette télécommande remplit parfaitement son rôle et reste lisible dans toutes les situations. Cet écran utilise une dalle IPS et, par conséquent, n'offre pas un taux de contraste très élevé (010: 1). Cependant, il se rattrape très largement par ses capacités à offrir un affichage lisible en extérieur. Nous avons mesuré une luminosité maximale de 1 150 cd / m², plus de 2 fois supérieure à la moyenne de ce que nous trouvons habituellement sur les smartphones. Un tel niveau de luminosité peut lutter sans problème contre les reflets créés par les rayons d'un soleil radieux. D'autant que le taux de réflexion lumineuse est correct, à 16%, un score comparable à celui d'un smartphone satisfaisant.

Gif dji go 900pix

Enfin un mot sur l'application, qui évolue peu, à part l'écran d'accueil. On retrouve une multitude d'informations utiles tant au pilote que preneur d'image, avec la possibilité d'accéder à beaucoup de paramètres.

Halte aux bavardages techniques et en route pour les grands vents bretons. Il nous tarde de décoller. Comme sur les autres modèles de la gamme, il suffit de tirer les manettes en diagonale vers soi ou d'appuyer directement sur l'idoine située à gauche de l'écran de l'application. Immédiatement, le Phantom 4 Pro s'élève à une hauteur de 1,2 m et assistez aux instructions du pilote.

Phantom 4 Pro 5

Au décollage, le "Visual Positionning System" prend une photo du terrain d'envol qu'il associe à ses coordonnées GPS pour un retour plus précis à sa base lors du "Return To Home". En mode de vol Positionning, avec toutes les aides actives donc, le Phantom 4 Pro fait preuve d'une stabilité plus qu'exemplaire. Les détecteurs d'obstacles scannent leur environnement en 3D et il faut vraiment le vouloir pour prendre en défaut le drone. Les plus fins obstacles comme les fines branches d'un arbre ou des câbles électriques ne sont pas détectés, mais les oiseaux et les murs sont analysés sans problème. Notons cependant deux points agaçants: les bips sonores énervants dès qu'un obstacle est à moins de 30 m et les brusques changements de direction quand un obstacle est détecté.

Phantom 4 Pro 6

Pour le reste, le Phantom 4 Pro se montre très à l'aise en toutes circonstances, même sous les bourrasques hivernales (jusqu'à 35 km / h) de nos côtes bretonnes. Les commandes sont douces, précises et leur maniement s'acquiert très vite. En mode Sport, le drone est plus nerveux et beaucoup plus performant. La pointe maximale à 72 km / h lui permet de suivre un véhicule en mouvement ou de tourner autour. De la même façon, le mode Active Track ne se contente plus de suivre un humain, mais détecté les animaux ou des véhicules. À l'inverse, le mode Tripod, lui, permet d'adoucir les commandes et de piloter en intérieur. Sur notre modèle de test, le retour vidéo était excellent en 1080 60p, mais nous avons vu des saccades gênantes en 4K pour la réalisation de voyages.

Phantom 4 Pro 7

Au final, l'expérience de vol est particulièrement plaisante et on sent sent rapidement en confiance. Pour des tournages professionnels, il sera véritablement recommandé de brancher un deuxième contrôleur afin qu'un opérateur gère uniquement la caméra, mais reconnaît qu'il y a déjà un élargissement de quoi s'amuser et réaliser des images intéressantes.

Le nouveau capteur 1 pouce CMOS 20 Mpx de la caméra du Phantom 4 Pro est indéniablement une des pièces maîtrestresses de ce nouveau quadricoptère et surtout une exclusivité. Excepté les systèmes d'imagerie embarqués sur les un reflex ou un hybride est monté, ou encore le Zenmuse X5 de la marque montée sur l'Inspire 2, les caractéristiques de la caméra du Phantom 4 Pro sont ce qui se fait de mieux sur le marché. Sur le terrain, le gain en qualité d'image est clairement visible. On gagne en dynamique et en sensibilité. En outre les 20 Mpx permettent de capturer plus de détails sur l'ancienne caméra équipée du capteur 1 / 2,3 "de 12 Mpx.

Exemples terrain:

Le capteur 20 Mpx permet de récolter de nombreux détails.

Le capteur 20 Mpx permet de récolter de nombreux détails.

Image réalisée en contre-jour et sur laquelle les ombres ont été rehaussées.

Image réalisée en contre-jour et sur laquelle les ombres ont été rehaussées.

La dynamique du capteur 1 pouce est impressionnante.

La dynamique du capteur 1 pouce est impressionnante.

L'interface de l'application offre un accès très complet aux réglages de prise de vue. Il est désormais possible de travailler entre 100 et 12 800 ISO en photo et jusqu'à 6 400 ISO en vidéo. L'obturateur mécanique autorise des temps de pose allant de 8 s à 1/2 000 s, et jusqu'à 1/8 000 s en obturation électronique. Il est possible de gérer l'équilibre des blancs ou des profils d'image comme Art, Cinelike ou S-Log. La prise de vue peut s'effectuer en RAW + JPEG en photo, ou en MP4 ou MOV en vidéo encodée en MPEG-4, H264 et même H265. C'est via l'application que l'on accède aussi aux différents formats d'image (HD 720 120p, HDTV 1080 120p, 2.7K 60p, UHD 4K 60p et 4K Ciné 60p). À noter la compression H265, la cadence en 4K Ciné descend à 30 i / s.

Si les plus fins détails sont dilués dans le bruit, l'image reste largement exploitable à 1 600 ISO.

Si les plus fins détails sont dilués dans le bruit, l'image reste largement exploitable à 1 600 ISO.

Globalement donc, le rapport du capteur 1 pouce est bien visible, mais sur le reste déçus par la qualité optique en forte baisse lorsque l'on fait partie du centre vers la périphérie. Si l'image est bien piquée au centre, elle est trop molle dans les coins.

En vidéo, la qualité d'image est excellente en 4K 60p. L'image est très détaillée et le piqué impressionnant. La cadence de 60 i / s et le débit d'enregistrement de 100 Mb / s répartit un vrai plus sur les images en mouvement et évitent les saccades. En revanche, retenez qu'il vous faut beaucoup d'espace de stockage et surtout une configuration musclée pour monter vos films. En HDTV 1080, l'image est bonne mais quelques artefacts de compression apparaissent sur les détails plus fins. Selon nous, il est inutile de se priver de la 4K. Le nouveau capteur du Phantom 4 Pro fait des merveilles et apporte une qualité qui pourra sans peine répondre à la plupart des exigences d'amateurs d'images aériennes et à certains besoins professionnels.

Montage Vidéo 4K:

Capture% 201080
Capture% 204K

Points faibles

  • Encombrement.

  • Trains toujours pas rétractables.

  • Application fouillis.

  • Saccades du retour vidéo en 4K.

  • Qualité d'image en périphérie en photo.

  • Autonomie ne dépasse pas 20 min en volant en vidéo 4K.

  • Prix ​​en hausse.

Conclusion

DJI Phantom 4 Pro: test, prix et fiche technique
- Avis Drones, test et guide d'achat 2

Avec le Phantom 4 Pro, DJI réussit à proposer non seulement un drone qui s'adresse aux amateurs exigeants d'images aériennes, mais aussi aux professionnels qui souhaitent se lancer sur un marché en pleine expansion. Le nouveau capteur 1 pouce apporte un vrai gain en termes de qualité d'image, tandis que la détection et l'évitement d'obstacles sur 5 axes le signal encore plus polyvalent. Le Phantom 4 Pro, et plus encore sa version "Plus", est une référence sur le segment.

Sous-notes
  • Prise en main
  • Vol
  • Qualité d'image
  • Autonomie
Nous serions ravis de connaître votre avis

      Laisser un commentaire